Patrick Chamoiseau – 6 avril 2018

Après des études en France métropolitaine, Patrick Chamoiseau rentre chez lui, en Martinique et s’intéresse de près à la culture créole. Il publie son premier roman en 1986. Il obtient la consécration en 1992 en gagnant le prix Goncourt pour son roman Texaco, une œuvre vaste présentant la vie de Martiniquais sur trois générations.

Son œuvre dépeint les traits de la culture populaire martiniquaise, celle des petites gens et de leurs combats. Chronique des Sept misères évoque le triste destin des djobeurs, hommes à tout faire sur les marchés de Fort-de-France, Cet ouvrage déplore la disparition d’une créativité qui alimentait l’identité créole. Il dénonce avec Chronique des sept misères l’acculturation du peuple martiniquais, largement due à la départementalisation.

Texaco explore l’histoire moderne de la Martinique. Ce roman est reconnu comme l’une des œuvres antillaises majeures de la fin du xxe siècle.

Chamoiseau interroge également les formes d’expression créoles. Prenant acte de l’existence d’une culture créole essentiellement travaillée par l’oralité, il envisage le développement d’une littérature orale pour laquelle l’écrivain, héritant des tournures orales et des conteurs créoles, aurait pour rôle de s’ériger en « marqueur de paroles ».

Il évoque sa démarche littéraire et son itinéraire artistique dans l’essai Écrire en pays dominé.

Patrick Chamoiseau vient de publier un ouvrage poétique et passionné, Frères migrants (Seuil, mai 2017), véritable manifeste poétique pour tous ceux qui sont refoulés aux frontières ou qui errent de centres de rétention en bidonvilles.

Ami d’Édouard Glissant, il cherche à développer avec celui-ci le concept de mondialité, en vue de traduire, sur le point de vue politique et poétique, une nouvelle conception du monde qui serait fondée sur l’ouverture des cultures, la protection des imaginaires des peuples, lesquels disparaissent lentement sous l’action uniformisatrice de la mondialisation.

En savoir + : Patrick Chamoiseau

 

Entrée :  6 € / Théâtre Clin D’œil – 12 rue de la république – Saint Jean de Braye

Réserver