Lauréat 2014 : Jean-Pierre Cannet

Chez Cannet, les aveugles voient pour sauver les vivants de ce monde, on « radote avec ses vieux seins », on est baptisé par le bleu du ciel, les enfants se sauvent de l’enfer des hommes « dans l’intime du bœuf et bien après sa mort ». Et quand la chaleur se fait arachnéenne, « Dieu a soif », tout simplement. L’auteur, s’il saisit l’homme au cœur de ses tourments, nous le montre défiant à mains nues ce qui peut-être l’écrase, jamais ne l’avilit. (Anne-Marie Le Goff, extrait de la préface)

Un recueil poétique qui garde ses promesses de belle écriture soignée, ciselée, incisive, dans des mondes oniriques  aux personnages attachants. Les nouvelles sont très originales par le style empli de poésie, d’images. L’ensemble est certes noir mais ce recueil ne nous laisse pas indifférent. L’écriture est de grande qualité ; les nouvelles sont pleines d’émotions et bouleversantes.