Les Ateliers d’écriture 2022-2023

Cinq auteurs et autrices vous entraînent dans cinq univers différents

Les mécanismes de la trahison : fabrique de la narration

Mercedes Deambrosis

15, 22 et 29 septembre et 6, 13 et 20 octobre

14h-16h15 / 18h45-21h

 

« On ne naît pas traître, on le devient »

Sortez du cadre des bons sentiments et explorez les multiples rouages de la traîtrise, de ses côtés obscurs, pathétiques.

Définissez le contexte, les raisons, le temps, les dommages de la trahison. Traquez cet autre vous-même ; parez-le de mots, habillez-le avec votre langue, votre style, fleurissez-le avec vos dialogues, dessinez le portrait de la traîtrise jusqu’à le rendre réel.

Et ensemble, donnons à voir un acte multiforme aussi complexe que précieux, puisqu’il est parfaitement humain.

En marge

Ella Balaert

10, 17 et 24 novembre et 1, 8 et 15 décembre

14h-16h15 / 18h45-21h

 

Il existe bien des façons d’être, de vivre, de se sentir, en marge de. Au bord de, à la frontière.

Dans l’atelier, nous écrirons sur et à partir de ces lisières. 

Espèce d’animal !

Annie Ferret

5, 12, 19 et 26 janvier et 2, 9 février

14h-16h15 / 18h45-21h

 

Qu’est-ce que les animaux nous enseignent du monde ? Comment échapper à l’anthropomorphisme ? En quoi les animaux sont-ils nos doubles et nous tendent-ils un miroir ? Représentent-ils le pire ou le meilleur de l’avenir de l’homme ?

Ces questions seront déclinées avec légèreté et sans prétention philosophique, et mises en résonance au fil des séances avec des textes et des auteurs que j’aime. Elles donneront l’occasion d’explorer des tons et des genres différents, du mythe au récit initiatique en passant par l’écrit faussement documentaire, sans restriction de forme.

L’Espérance

Yahia Belaskri

Week end d’écriture (tarif spécial)

Samedi 4 mars 14h-18h et Dimanche 5 mars 9h-18h

« Cette belle espérance, qui consiste à croire sans preuve, à adorer ce qu’on ignore et à attendre avec ferveur ce qu’on ne sait pas du tout » disait Flaubert.

À l’heure où les pessimistes annoncent le déclin, la fin de l’Homme et de l’Histoire, il y a une autre possibilité : garder la flamme de l’utopie et du désir, aspirations humaines, pour faire face à la tragédie. C’est l’espérance.

Écrire sans contrainte aucune un texte, poème ou nouvelle ou toute autre forme qui exprime le rêve et son accomplissement. Une manière de réenchanter le monde.

Le huis clos : 24 heures dans la vie de…

Julie Printzac

9, 16, 23 et 30 mars et 6, 13 avril

14h-16h15 / 18h45-21h

24 h de la vie du personnage principal :

En s’appuyant sur la définition théâtrale de l’unité de lieu, de temps et d’action, les participants écriront un texte de théâtre : 24 heures dans la vie de…

Outre l’unité de temps et d’action, le cadre sera également défini. Ce sera le lieu d’habitation : la cour d’un immeuble ou sa salle commune, cet endroit où le personnage principal cohabite avec ses proches et ses voisins, dans ce microcosme social aussi vivant que cruel, généreux, surprenant, drôle ou tragique.

Tous les tarifs et formulaires d’inscription ici